31 JANVIER 2024 // 21H43

IM BACK!

DU COUP C’EST LA NEWSLETTER #8 #9 #10 #11 #12

& À NOUVEAU #1

Il s’est passé 6 mois depuis mes derniers mots envoyés dans vos boites mails. 6 mois, 184 jours, 4416 heures, 264 960 minutes !

C’était l’été, c’est l’hiver.

Ça en dit long.

Vous ai-je manqué ?

Moi oui, j’étais assez frustrée pendant tous ces mois de ne pas pouvoir vous écrire et vous partager en mots & images l’aventure efkeria (même si elle se trouve sur instagram); et depuis cet été, vous devez vous en douter, il s’en est passé des choses.

Alors pourquoi cette absence ?

Et bien tout simplement parce que mon compte a été piraté. C’est arrivé en plein été, quand j’étais paisiblement sur l’île de Milos. J’ai reçu des cartes postales (mails) avec pleins de mots doux (des injures). J’ai vite compris ce qu’il était en train de se passer mais c’était les vacances donc j’ai fait le strict minimum. À mon retour, j’ai perdu beaucoup de temps et d’énergie à essayer de récupérer le compte, en vain ; je l’ai donc clôturé et je devais tout recommencer à zéro. Trouver un nouvel outil, refaire mes bases de données… La joie  Ça a été un gros travail de lâcher-prise de mettre cette tâche de côté qui n’était pas prioritaire face à tout ce que le café & le pop-up me demandent comme travail et de temps au quotidien. Et puis de fil en aiguilles, nous voilà en 2024.

 

// BONNE ANNÉE //

ΚΑΛΗ ΧΡΟΝΙΑ //

FELIZ AÑO //

HAPPY NEW YEAR //

Le timing parfait donc pour vous retrouver et consacrer ces premiers mots à mes voeux 2024. C’est ainsi que je vous souhaite une belle & douce année, en bonne santé & pleine d’amour à diffuser autant que possible autour de vous pour que ça puisse atteindre des terres moins douces que les pavés parisiens.

Bon on est le 31 janvier et il est presque minuit, c’était moins une.

Du coup, pour ce grand retour, le thème a été donné direct : le temps. Celui qui passe. Comme celui-ci, qui donne l’impression que ces 6 mois sont passés en 2 secondes. Que ce passage de l’été à l’automne puis à l’hiver nous a pris que 3 secondes. Ce temps qui file, qui court, qu’on ne rattrape pas. Ce temps dont la notion/la perception est perplexe, changeante, irrationnelle. Ce temps qui nous paraît long quand on est impatient de voir quelqu’un, quand on attend une réponse ou un résultat, quand on est coincé.e.s dans le métro ou bien pire encore, sous des bombes, dans une injustice et une cruauté extrême (pardon je ne pouvais pas ignorer ce sujet). Et à l’inverse ce temps qui parait trop court quand sonne déjà la fin des vacances, la fin d’une pause dej, la dernière goutte de notre café du matin, le tour d’un manège, la fin de notre série préférée et j’en passe…

Le temps, c’est tout ou rien.

Trop long ou trop court.

J’ai toujours eu une perception étrange du temps. Comme un mauvais calcul que je fais systématiquement, pas étonnant quand on connait mon amour (haine) pour les chiffres. Je cours pas après mais j’ai très souvent peur d’en manquer. C’est pas faute d’avoir pris conscience de la valeur d’une seconde, d’une minute, d’une heure en 2020 lors du premier confinement. Tout nous a paru beaucoup plus juste et on avait compris la leçon de l’importance de chaque seconde dans une minute, de chaque minute dans une heure et de chaque heure dans une journée.

Et pourtant, je continue à être de celle qui perd pieds quand il me reste que 10 minutes avant un rendez-vous, avant un train ou autre chose. Je suis team “c’est foutu” et puis en fait non et je me surprends systématiquement à voir le temps qu’il me reste et à me dire “ah en fait, c’était large…” #typique

J’agis un peu de la même façon quand il s’agit d’une tonne de choses à faire versus le temps que j’ai pour les faire. Au départ, je pense toujours que c’est impossible comme essayer de mettre des carrés dans des ronds. Et finalement, en prenant du recul, en lâchant prise, en faisant confiance, on effectue tout ce qu’on doit faire dans le temps imparti et surtout au bon moment.

C’est pourquoi, je vous (et me) souhaite de profiter à bon escient de chaque instant de cette nouvelle année, de savourer le présent et tous les moments offerts, de faire confiance que ce qui sera, sera et que le temps en fera son affaire. Qu’on peut prévoir mais qu’il faut pas hésiter à revoir sa copie et de faire ce qu’on peut/veut quand on peut/veut.

J’ai choisi le lapin d’Alice pour illustrer ce sujet car j’ai un souvenir de lui courant partout, se perdant d’espace en espace, perdu et pressé, à en oublier l’essentiel…

retour vers le passé avant de partir vers le futur

#8 // AOUT
les vacances, la Grèce, la Grèce, la Grèce, le soleil, la mer, la chaleur, la food mamamia miam miam des tavernas mais surtout de la madre, les bougatsa, les spanakopita, les glaces au yaourt, les gyros, les salades grecques, le calamar grillé, le citron, le karpouzi (pastèque), les tomates, le raisin, les freddo americano & les espresso martini même quand on ne boit pas de café, Athènes la belle, les îles grecques, le village, les tortues, les chats, les poules, les marchés, les caddies plein de produits pour efkeria, les siestes, le repos, le lâcher prise, le kiff, bref les vacances.

 

 

#9 // SEPTEMBRE

La reprise, les retrouvailles hautes en couleurs, on est contentes de vous retrouver, la première bougie d’efkeria (8 sept) (déjà) (1 an & demi du coup, depuis), la big fiesta des 1 an (merci), la 2ème édition de la journée POP-UP day avec du yoga free all day (merci), l’ouverture le lundi (6 sur 7 #yeah), le recrutement pour agrandir l’équipe, la difficulté, le big fail, les semaines à rallonge, les montagnes russes, l’été indien.

 

 

 

#10 // OCTOBRE

l’été qui ne nous quitte pas, la tonne de glaçons par jour, la terrasse qui joue les prolongations, les courges qui font coloc avec les tomates et les aubergines & puis boom d’un coup, aglagla et hop la soupe au menu et les chaussettes claquettes. C’est aussi une nouvelle organisation en place le lundi, avec le retour de Stephanie Antoine en cuisine pour efkeria pendant que Charlotte se transforme en barista et moi qui retrouve avec joie un second jour de congés ;

 

 

 

#11 // NOVEMBRE

nos anniversaires avec Chacha, team scorpions, la triste nouvelle d’apprendre que notre maraicher est en liquidation, une recherche sans fin d’un.e remplaçant.e (si vous passez par là, je suis preneuse), le fondant à la crème de marron qui entre direct dans le top 3 des desserts préférés, Charlène au comptoir le temps de quelques jours off para mi et les journées qui se font de plus en plus courtes.

 

 

 

#12 // DÉCEMBRE

quoi déjà Noël ? & oui déjà Noël, les guirlandes, les loupiotes, les premiers vrais « oh oui il fait très froid, mangeons une soupe », le calendrier de l’avent efkeria, le dîner de Noël, le premier séminaire au pop-up et les dernières formations Reiki de Ludivine. Et puis la pause gourmande et familiale, the big break.

 

 

 


#1 // JANVIER

Janvier a commencé le 2 janvier pour nous, d’attaques, la coupe au carré toutes les 2 sans se concerter, on était prêtes à être carrées.

Bon on a dû reporter notre motivation au lendemain tant la rue de paradis était déserte ce jour-là. Toutefois, belle, très belle remontée, en moyenne un bon mois de janvier enneigé par moment, avec une équipe à 4 (carré on a dit) en alternance, Chacha of course, Stéphanie, Charlène pour me remplacer par moment et moi-même.

On a fait gagner des fèves faites à la mano par Stephanie avec la vassilopita, la galette des rois grecque. On a re-décoré le café de vos dessins, on a encore chiné et puis voilà février.


LE POP-UP

Rien à changé si ce n’est des nouveaux profs, des nouveaux créneaux, des formations Reiki sur plusieurs week-end, des ateliers, des séminaires, toujours la même énergie et le même objectif : se nourrir au sens large.

Pour réserver et en savoir plus, cliquez-ici ou écrivez-moi : stella@efkeria.fr

THE PLANNING


RDV en février //

Fin février donc… 😉

La suite des nouvelles le mois prochain 🌞🌞🌞

À très vite,

Stella✨